Déménagement de FMSH

Transfert informatique du bâtiment parisien des chercheurs en sciences humaines

Nous sommes toujours attentifs à voir reconnue la qualité de notre travail. Mais lorsque le compliment émane de la ministre de l’Enseignement supérieur, cette reconnaissance, même implicite, nous réjouit particulièrement.

  • 75 serveurs (dont 15 priorités)
  • 7 baies,
  • 850 PC,
  • 200 périphériques,
  • 800 téléphones,
  • 1 mois de préparation,
  • 1 chef de projet,
  • 3 chefs d’équipe,
  • 28 techniciens,
  • 11 niveaux au site d’arrivée.

Extraits de la dépêche AFP du 7/01/2011Les chercheurs en sciences humaines de la Maison de sciences de l’homme (MSH), de l’EHESS et de l’EPHE ont déménagé en ce début d’année de bâtiments en travaux du Quartier Latin pour s’installer pour six ans dans le 13ème arrondissement, ce qui clôt une vieille polémique.

Ce relogement, rendu nécessaire par le désamiantage du bâtiment historique de la MSH 54 boulevard Raspail (7ème arrondissement) et par des travaux à la Sorbonne (5ème), offre une solution aux chercheurs qui craignaient devoir rapidement déménager à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), dans une zone en construction encore inadaptée à leur travail.

« Ce déménagement, qui a longtemps plané pour vous comme une menace, est derrière nous et il s’est passé dans de bonnes conditions », s’est félicitée vendredi la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, en inaugurant la nouvelle fonction du bâtiment « Le France », situé entre la bibliothèque François Mitterrand et la gare d’Austerlitz….Selon Mme Pécresse, ce relogement a constitué un surcoût de 9 millions d’euros par rapport au choix initial d’Aubervilliers, où va être bâti le futur grand campus de sciences humaines « Condorcet » et que devront rejoindre les chercheurs en 2016, une fois les nouvelles infrastructures construites, notamment une grande bibliothèque moderne.

Cette entrée a été publiée dans déménagement, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.